Chien guide de A à Z

Attribution

Pour une attribution satisfaisante, le chien-guide doit répondre au caractère, tempérament, capacités et attentes du futur maître. Dans ce but, une étude approfondie prend en considération tous les facteurs entrant dans le quotidien du demandeur afin de lui attribuer le chien-guide qui pourra lui correspondre.

Apprentissage

L’apprentissage procède toujours du même principe : on encourage le chiot ou le jeune chien dans tout ce qu’il de bien, par des paroles, des carresses… de façon à ce qu’il prenne plaisir à agir de la même manière. Le « non » est utilisé pour tout ce qui est interdit (monter sur les canapés, mordiller les doigts…). La propreté, le assis, la marche en laisse, le fait de ne pas quémander à table… sont les premiers apprentissages de nos jeunes élèves. L’éducation qu’ils recoivent en famille d’accueil pose les bases de leur éducation spécifique future, qui sera donnée par un éducateur de chiens-guides, durant 6 à 8 mois.

Le Berger Allemand

Le Berger Allemand est une race que nous utilisons essentiellement en renouvellement. Doté d’une aptitude remarquable à se repérer et s’orienter, il présente néanmoins une tendance à la surprotection de son maître, qu’il faut pouvoir gérer correctement.
L’éducation du Berger Allemand s’appuie plus sur une méthode de conditionnement que celle du labrador, chez qui on va susciter l’initiative.
Cette année, nous avons remis deux bergers allemands : Luchia et Nako.

Conditionnement

La technique d’apprentissage par conditionnement fonctionne très bien pour certains chiens d’utilité comme les chiens d’accompagnement à qui l’on apprend à ramasser des objets, abboyer sur ordre, ou encore pour certaines races de chiens, comme le berger allemand ou le Golden Retriever. Pour nos chiens-guides, de race labrador, nous préférons stimuler leur capacité d’initiative. En effet, ils doivent être capables de désobéir de façon intelligente aux ordres qui pourraient mettre en danger leur maître (par exemple lorsque leur maître leur indique d’aller « tout droit » alors que la rue est barrée par des travaux ou qu’il y a un trou, ils sont capables de faire un détour par une autre rue et ainsi de désobéir, de façon à poursuivre leur cheminement en toute sécurité). C’est seulement parce qu’ils sont capables d’initiative qu’ils peuvent faire ce travail. Un apprentissage par conditionnement pur ne permettrait pas cette réaction.

Contournement d’obstacles

Le travail du chien-guide d’aveugles consiste pour une bonne part en un contournement d’obstacles. Il s’agit pour lui de permettre à son maître de marcher en toute sécurité, évitant les obstacles latéraux et les obstacles en hauteur qui pourraient être placés sur son parcours.

Coût du chien-guide

80 000 F, c’est le coût de revient moyen d’un chien-guide d’aveugle. Ce coût prend en compte les frais d’élevage, le suivi du chiot en famille d’accueil par un personnel qualifié, la prise en charge de la nourriture et des soins vétérinaires, l’éducation spécifique du chien par un éducateur spécialisé, l’étude du dossier de demande, l’adaptation du chien-guide au futur maître et les frais liés à l’infrastructure et à l’équipement.

Canne

La canne blanche s’apparente à un détecteur d’obstacles et de repères : la personne mal voyante qui l’utilise lors de ses déplacements détecte avec elles les différents obstacles qui peuvent gêner sa progression et repère des élements tels que les ouvertures, les hauteurs de trottoirs, le début et la fin d’un escalier…. Lors de l’utilisation d’un chien-guide, c’est le chien qui gèrera l’évitement d’obstacles, indiquera les débuts et fins d’escaliers…

Demande de chien-guide

Le chien-guide est remis gratuitement à des personnes déficientes visuelles, qu’elles soient non voyantes ou malvoyantes. Pour faire une demande de chien-guide, il suffit de s’adresser à l’école de son choix. A l’école du Midi, une rencontre avec l’équipe est organisée à cette occasion, avant l’étude de dossier, afin de déterminer vos besoins, vos attentes et vos capacités de déplacement seuls.

Educateur de chien-guide

Le métier d’éducateur de chiens-guides d’aveugles allie plusieurs domaines d’activité et demande des compétences pour l’éducation du chien-guide, la formation de la personne déficiente visuelle et des compétences administratives et logistiques. En effet, outre l’éducation des chiens et la pré-éducation des chiots, l’éducateur assure un suivi régulier des équipes mâitre non-voyant / chien-guide, des familles d’accueil et a également en charge le chenil : alimentation des chiens, soins, plannification des sorties en éducation, des départs en week-end…
Toutes ces compétences s’acquièrent lors des 3 années de formation, sanctionnées par un diplôme Fédéral.

Elevage

Jadis, les chiens-guides d’aveugles provenaient, pour la plupart, des S.P.A. ou de particuliers désireux de se séparer de leur compagnon devenus « trop encombrant ». L’animal ainsi recueilli souffrait de traumatismes souvent irréparables et le nombre d’échecs était important.
Dès 1980, certaines écoles produisent des labradors et les placent en familles d’accueil dans le but d’obtenir des chiens bien socialisés et sensibilisés à leur future tâche. Notre élevage, en plus de 15 années d’existence, nous a permis d’obtenir des résultats nettement améliorés.
Nous sommes très attentifs aux éventuelles tares physiques pouvant exister chez le labrador et le golden retriever. Les géniteurs que nous sélectionnons répondent à des critères d’aptitude stricts. Une sélection rigoureuse est ensuite appliquée sur la descendance.

Famille d’accueil

Le rôle des familles d’accueil est essentiel dans notre action. Nous ne pourrions remettre autant de chiens-guides chaque année sans leur dévouement et leur patience…

Les familles d’élevage qui accueillent un chiot de 2 à 12 mois ont pour rôle de l’élever en bon compagnon, en se conformant à nos conseils et exigences. Elles lui apprennent à être propre, à marcher en laisse et à se tenir de façon impeccable (ne pas quémander à table, ne pas monter sur les lits, les divans…).
Une présence quasi permanente est indispensable, afin d’éviter les perturbations liées à la solitude, fréquentes chez le labrador. Durant les vacances, chaleurs… le chiot est réintégré à l’école, qui assure un suivi régulier. En cas de réforme, la famille d’accueil est prioritaire pour une adoption définitive. Lors de la remise du chien, une rencontre avec le futur maître non-voyant est organisée.

Les familles de week-ends offrent à nos chiens en éducation les moments de détente nécessaires à leur bon équilibre. Elles peuvent accueillir un chien de façon régulière ou occasionnelle, pendant les week-ends ou les vacances.

Financement du chien-guide

Tous nos chiens-guides sont remis gratuitement à des personnes déficientes visuelles. Il nous incombe de trouver l’ensemble des financements nécessaires. En effet, en France, contrairement à d’autres pays européens, le chien-guide n’est pas pris en charge par le système de protection sociale. Notre association est à près de 60% financée par des dons privés : particuliers et clubs services. Les collectivités nous attribuent des subventions ponctuellement.
Les dons ouvrent droit à déductibilité d’impôt. Les legs sont exempts de droits de succession.

Gamelle

Indispensable récipient, destiné à recevoir – l’espace de quelques secondes – la nourriture de nos chiens. Nous les préférons en aluminium, ce qui les rend faciles d’entretien et résistantes à l’usure. Mais qu’importe le contenant, pourvu qu’on ait les croquettes vous diront certains…

Golden Retriever

Le Golden Retriever est également utilisé comme chien-guide. Mais il présente plus de problèmes physiques et psychiques que le labrador. On peut parfois lui reprocher un certain « égoïsme », flegmatisme ainsi qu’un manque de réceptivité.
Le croisement de cette race avec le labrador donne un chien plus souple, doux et pourtant dynamique, plus à même de correspondre aux critères requis pour devenir chien-guide. L’élevage de école ne dispose plus d’une reproductrice Golden. Nous n’élevons actuellement que des chiens de race labrador.

G.P.S.

Le système de Guidage par Satellite est en voie d’adaptation aux harnais des chiens-guides. Nous participons à cette initiative avec Gilles Rochon, de la société E.D.P.S. Ce système permet en effet de connaître sa position exacte à 5 mètres près, quel que soit l’endroit où l’on se trouve. Cette approximation est aisément corrigée par le chien. Ceci permettrait alors à des non voyants de se déplacer aussi dans des lieux inconnus, sans difficulté majeure. A droite : Gilles Rochon montre le système à Pierre et Emilie, une chienne-guide éduquée à l’école du Midi.

HS-HA (syndrôme d’hypersensibilité-hyperactivité)

Ce trouble caractérise des chiens qui ne tiennent pas en place, courent, sautent, jouent sans arrêt… Il est difficile d’en donner les raisons d’apparition, mais, d’après le Docteur Patrick Pageat, les causes principales tiennent aux conditions de vie des chiots de 0 à 90 jours : élevage dans un milieu pauvre en stimulations, séparation précoce d’avec la mère (vers l’âge de 5 semaines), absence de sanction lorsqu’ils mordillent leur maître.

Intelligence

Nous n’entrerons pas dans la polémique habituelle qui nait de débats concernant l’intelligence, qu’il s’agisse de sa définition ou de ses indices. Ce que nous désignons donc comme intelligence du chien-guide se réfère à ses capacités à trouver seul une solution à une situation problématique qui se présente à lui, la première fois. Par exemple, les jeunes chiots de notre élevage sont tous soumis à ce que nous appelons « le test du U ». Ils sont amenés à l’intérieur d’un obstacle, en forme de « U », posé sur le sol, d’une hauteur de 30 centimètres environ. L’observateur se place de l’autre côté et invite le chiot à le rejoindre. Différents cas de figure se présentent alors :
– le chiot va tenter de passer par dessus, de façon obstinée, malgré l’opposition de l’observateur, sans chercher à trouver une autre solution
– le chiot va observer la situation, faire demi-tour et rejoindre l’observateur en contournant l’obstacle.
Suivant la réaction du chiot, nous jugerons de sa plus ou moins grande « intelligence ». Bien entendu, nous ne laissons pas un chiot s’enfermer dans son échec, nous lui montrons par où passer s’il n’a pas idée de contourner l’obstacle. Ceci nous permet ensuite de savoir s’il est capable d’apprentissage, en lui présentant la même situation. S’il a appris, il fera le tour, s’il n’arrive pas à apprendre, il faudra encore lui montrer comment faire.

Jeu

Le jeu est l’activité par laquelle le jeune chiot va se structurer : vont se mettre en place, à travers le jeu, les codes de communication entre congénères (posture de soumission, morsure inhibée…) ainsi que l’apprentissage de la hiérarchie, la mère suivant attentivement les jeux des petits et intervenant au besoin.
Le jeu peut également être utilisé lors de certaines situations, agissant comme ce que l’on appelle un « contre-conditionnement ». Il s’agit de créer pour l’animal une émotion incompatible avec l’émotion habituelle qu’il ressent face à un stimulus qui lui fait peur par exemple. A travers le jeu, on provoque une situation agréable, en présence du stimulus qui lui fait peur (l’attention du chien doit bien évidemment être entièrement occupée par le jeu). Au fur et à mesure de la répétition de cet exercice, le chien aura l’habitude de rencontrer ce stimulus dans une situation émotionnellement agréable et n’en aura plus peur.

Labrador

Le Retriever Labrador est la race principalement employée pour le « métier » de chien-guide. Elle l’est pour sa grande adaptabilité, sociabilité et réceptivité, sans oublier ses capacités cognitives. Par ailleurs, ses capacités à prendre des initiatives sont appréciables pour sa mission. On peut donc passer sur son défaut majeur… la voracité !
Notre école possède son propre élevage, ce qui nous permet d’avoir des chiots exempts de tares physiques et qui correspondent parfaitement à nos critères de sélection pour en faire des chiens-guides. Nous comptons environ 5 naissances par an, de chiots noirs, sable ou chocolat

Malvoyance

La malvoyance est mal connue du grand public. Or, elle concerne de plus en plus de personnes dans le monde. D’après les prévisions de l’O.M.S., elle viendrait à concerner plus de la moitié des personnes âgées d’ici quelques années.
Il n’existe pas une malvoyance mais des malvoyances : en effet, les causes et le type de malvoyance qui leur est associé sont très variés. Par ailleurs, la variabilité des performances visuelles d’une personne peuvent considérablement changer suivant l’heure de la journée, la saison, la météo, son état de fatigue… Ainsi, par exemple, elle pourra se déplacer sans problème le matin mais sera incapable de le faire le soir, lorsque la luminosité diminue (ou l’inverse), ne distinguant plus rien. Le soleil d’été peut être éblouissant pour certaines personnes alors que d’autres se sentiront plus à leur aise par forte luminosité…
Cette variation dans les possibilités visuelles n’est pas facile à vivre : l’entourage souvent ne comprend pas et trouve « qu’il ou elle joue la comédie, fait semblant de ne rien voir ».
Ci-dessous, la vision d’une même scène vous est présentée suivant le type de malvoyance.

Non !

Le « non! » est le mot que nous utilisons pour signifier ce qui est interdit. En principe, nous essayons d’anticiper les mouvements du chien et d’intervenir avant qu’il ne soit déjà entrain de faire ce qui lui est interdit. Par exemple, un chien qui s’apprête à monter sur un canapé prend appui sur ses pattes arrières pour pouvoir avoir l’impulsion nécessaire à son saut. C’est à ce moment qu’il faut intervenir : nous avons ainsi beaucoup plus d’incidence que si le toutou est déjà confortablement installé sur le canapé.
L’utilisation d’un seul et unique mot, par ailleurs, renforce sa force. Il est court, sec et est très bien perçu par les chiens, beaucoup plus qu’un « arrête », « ça suffit » ou « je t’ai déjà dit que je ne voulais pas que tu montes sur le canapé.. .allez, descend ! »

Nourriture

Quoi de plus important pour un labrador que la nourriture ? Tout le monde sait que c’est un « estomac à pattes ». L’élevage fonctionne exclusivement avec des croquettes de gamme professionnelle qui apportent à nos chiens tout ce dont ils ont besoin : protéines, vitamines…
Nous veillons à ne jamais bousculer leurs habitudes alimentaires, car un changement brusque provoque à coup sûr des diarrhées. Les repas sont au nombre de deux par jour pour nos chiens adultes, ce qui limite les risques de retournement d’estomac, déclenchés par l’ingestion très rapide d’une grande quantité de nourriture. Enfin, le poids de nos chiens est régulièrement surveillé car une surcharge pondérale importante n’est pas meilleure pour un labrador que pour un être humain, amenant avec elle son cortège de désordres et dysfonctionnements.

Obstacles

Le chien-guides est capable d’éviter, pour lui et son maître, tous les obstacles. Non seulement il est capable d’éviter les obstacles latéraux et situés au sol (poteaux, véhicules en stationnement sur le trottoir, pancartes publicitaires des magasins, restaurants, trous…) mais également ceux qui sont situés en hauteur (branches basses d’arbres par exemple) alors que seul, le chien pourrait aisément passer dessous.

Puces

Chien-guide ou chien de compagnie, aucun de nos compagnons n’échappe aux puces si on ne prend pas soin de le traiter régulièrement avec un antiparasitaire efficace…
Mais s’il faut faire la vie dure aux indésirables petites bêtes qui squattent sans autorisation le poil confortable de votre chien et se nourrissent sur son dos, il ne faut pas le faire n’importe comment. Certains produits doivent être dilués, d’autres sont à doser suivant le poids du chien… Prenez dons le temps de bien lire la notice et traitez le toutou à un moment où vous êtes disponible et pourrez surveiller toute manifestation de sa part qui vous paraîtrait anormale. Une dose trop forte de produit peut être fatale.
Nous traitons nos chien-guides tous les mois du printemps à l’automne, puis tous les 2 mois pendant l’hiver.

Parrainage d’un chien-guide

Vous aussi pouvez parrainer un chien-guide. Votre don, même minime, nous permettra de continuer à remettre gratuitement nos chiens à des personnes déficientes visuelles.
Pour faire la connaissance de Reggae, notre « cyber » chien-guide.

Queue

Qui a dit que la queue d’un chien était un appendice qui ne lui servait à rien ? C’est au contraire un formidable outil de communication qui témoigne par des mouvement rythmés de gauche à droite ou de droite à gauche de l’état de satisfaction et de bien être de nos amis à 4 pattes… Chez le labrador, le chiot commence à remuer de la queue en situation agréable vers l’âge de 3 ou 4 semaines et il ne cessera de le faire toute sa vie durant !

Qualités du chien-guide

Un chien qui sera destiné à la mission de chien-guide doit être exempt de tares physiques et avoir un caractère équilibré. Il ne doit être ni trop soumis, ni trop dominant, ni trop peureux, ni trop indépendant. Et bien évidemment, il doit présenter des qualités cognitives qui lui permettront d’avoir de l’initiative face à une situation nouvelle, lorsqu’il guide son maître.
Tous les chiens ne peuvent donc devenir chien-guide. C’est pour cette raison que nous avons développé une méthode d’observation standardisée au sein de notre élevage. Une éthologue est chargée du suivi de toutes nos portées

Rééducation

La perte brutale de la vue est un moment très difficile à vivre. Tous les actes de la vie quotidienne deviennent plus compliqués. Un temps de rééducation permet l’apprentissage de techniques qui vont permettre de retrouver une autonomie plus rapidement, dans les actes de la vie quotidienne, comme dans les déplacements. Peu de centres proposent une telle prise en charge en France, de ce fait, les délais d’attente peuvent être longs. Aussi, mieux vaut ne pas trop tarder à en faire la demande.
Le chien-guide est une aide technique aux déplacements, mais ne peut prendre toute la responsabilité d’une traversée de rue par exemple. Il est donc nécessaire de pouvoir seul s’orienter et se déplacer avant de pouvoir le faire avec un chien.
Nous pouvons vous aider dans vos démarches, n’hésitez pas à prendre contact avec nous.

Stage de remise

La remise du chien-guide comprend un stage de formation et d’adaptation de 2 à 3 semaines. D’abord à notre école, le déficient visuel apprend à communiquer avec son chien, à être à son écoute, à ressentir ses mouvements et à comprendre ses initiatives. Puis, lorsque la relation technique et affective s’est établie, le stage se poursuit à domicile, accompagné d’un éducateur. Les chien est initié aux trajets habituels, répondant aux ordres du maître. A défaut de jardin, un endroit est trouvé où l’animal pourra s’ébattre en liberté.

Suivi

Un suivi à vie permet de vérifier la bonne évolution de l’équipe et le maintien des acquis. En cas de problème, l’éducateur, qui connaît les différents paramètres (maître, chien, environnement…), pourra donner des conseils adéquats.

Transports

Au terme de sa formation, le chien-guide sait emprunter les transports en commun : bus, métro, train, taxi.
La législation garantit la libre circulation des personnes déficientes visuelles, accompagnées de leur chien-guide, dès lors que le maître est en possession d’une carte d’invalidité. Voici quelques textes utiles.
TAXI Ordonnance préfectorale n°97-10074 sur l’exploitation, le contrôle et l’usage des taxis parisiens
Le Préfet de Police, le Préfet des Hauts-de-Seine, le Préfet de la Seine Saint-Denis, le Préfet du Val de Marne
Art. 28. – Il est interdit aux conducteurs de taxis :
1. De refuser de prendre en charge les personnes handicapées même lorsqu’il est nécessaire de les aider pour prendre place à l’intérieur du taxi.
Art. 29. – Les conducteurs de taxis peuvent :
6. Refuser les personnes accompagnées d’animaux, sauf s’il s’agit d’aveugles avec leur chien.

Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Paris, 4 février 1997, pp 233-237.

SNCF
Un courrier du 22 février 1982 de Monsieur André Chadeau, Président du Conseil d’Administration, précise la gratuité du transport du chien-guide accompagnant son maître : « les aveugles civils titulaires de la carte d’invalidité portant la mention « Cécité » et l’Etoile verte bénéficient de la gratuité du transport pour le chien qui leur sert de guide, quel que soit le titre de transport utilisé par l’aveugle, à l’exclusion toutefois des titres de transport collectifs.
Cet avantage concerne les aveugles de nationalité française, de nationalité algérienne résidant en France, ainsi que les résidents privilégiés et ressortissants d’un Etat membre de la Communauté Européenne munis d’une carte de séjour valable. »

RATP
Dans un courrier du 28 avril 1982 à la Fédération nationale des clubs et écoles de chiens-guides d’aveugles, le Directeur Général indique :
« (…)vous avez demandé à connaître les conditions auxquelles nous avons réservé l’accès de nos réseaux aux aveugles accompagnés d’un chien leur servant de guide.
Afin de faciliter les déplacements de cette catégorie de handicapés, nous avons en effet, voici bientôt dix ans, décidé de déroger en leur faveur à la réglementation qui, pour des raisons d’hygiène et de sécurité, interdit l’admission des chiens de forte taille dans le métro (lignes 1 à 13) et les autobus. Ces réseaux sont donc maintenant accessibles aux chiens-guides d’aveugles – ayant fait l’objet d’un dressage spécial – mais seulement en dehors des périodes d’affluence soit de 9 h à 16 h et après 20 h : cette restriction est évidemment justifiée par notre souci de réduire les risques d’incident, plus importants au moment des pointes de trafic.
Sur le RER-RATP (ligne A et ligne B au sud de Gare du Nord) où nous acceptons les chiens tenus en laisse comme dans les trains de la SNCF, il n’existe aucune limitation horaire à cette facilité.
Cet accompagnement est entièrement gratuit, y compris sur le RER où il est payant pour les voyageurs non aveugles. Pour justifier de leur droit à un tel accompagnement, les aveugles doivent être en mesure de présenter en cas de contrôle une carte attestant la nature de leur handicap : carte de priorité d’aveugle civil délivrée par la Préfecture de Police de Paris ou carte d’invalidité avec étoile verte et mention « cécité » émise par la Préfecture des départements. »